En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris

Actualité

Actualité

L'amour vache au cœur du Var

L'amour vache au cœur du Var

Impossible chez nous, l'élevage bovin ? C’est oublier un peu vite la détermination d’Adrien Blua, un Lucois d’à peine 21 ans fermement décidé à vivre de sa passion sous le soleil de Provence.

Un amour inconditionnel pour le paisible ruminant transmis dès sa plus tendre enfance par son père et son grand-père, tous deux investis entre vaches laitières et art de la vigne depuis la fin des années 1970. Et si le projet parait utopique à nombre de ses proches, Adrien n’en démord pas : son vœu le plus cher est de voir une vingtaine de bêtes paître sur les terres du Vallat Sableux d’ici deux ans. Un baccalauréat professionnel obtenu au lycée agricole de Gap en poche, il met d’ailleurs toutes les chances de son côté même si le chemin est semé d’embuches. « Obtention d’un permis de construire, raccordement électrique, aides à l’installation… Tout est prétexte à ralentir mon dossier, mais je ne lâche rien ! » Et si les Alpes restent la voie royale, Adrien se montre viscéralement attaché à sa famille et à la terre varoise qui l’abrite depuis plusieurs générations : l'élevage Blua ouvrira bien ses portes au Luc-en-Provence. « On me dit un peu fou, tous m’avertissent que le métier est difficile et la tâche qui m’attend colossale. Mais je suis aussi très soutenu par mon entourage, et puis je ne voudrais, pour rien au monde, faire autre chose de ma vie... » L'activité laitière étant peu développée dans le département, les appuis y sont rares. Rompus aux spécificités de la viticulture, les techniciens de la Chambre d'Agriculture du Var doivent parfois déplacer des montagnes pour apporter les meilleurs conseils à Adrien. « Je ne pourrai pas me contenter d’être un simple éleveur. Il me faudra aussi revêtir la casquette d’inséminateur, avoir des notions de soins vétérinaires, développer mes talents de préparateur et de commercial… » Il n’en fallait visiblement pas moins pour motiver le jeune-homme et lui donner l'envie de relever le défi ! Pour Louise Bergès, chargée de mission agriculture à la Communauté de Communes, « l’initiative est belle et donne tout leur sens aux politiques menées en faveur des circuits courts. Le projet de monsieur Blua, c’est autant de fromages blancs, yaourts et autres faisselles fabriqués en Cœur du Var qui pourraient alimenter, demain, les points de ventes locaux, les restaurants, et même nos écoles et nos maisons de retraite. »